Journal avec chiffres et graphiques
Entreprendre

Repenser l’animation économique

07.08.2019
par Fokus-online.be

En juin 2019, dans une dynamique régionale de rationalisation, Charleroi Entreprendre est lancé pour faciliter l’accompagnement des entrepreneurs. Ce chantier avait été identifié comme prioritaire dans la dynamique initiée à travers le plan CATCH.

Qu’elles soient publiques ou privées, les structures d’animation économique sont essentielles en Wallonie. Le tissu économique wallon est constitué à 83.7 % d’entreprises de moins de 10 salariés; c’est donc notamment en accompagnant et en outillant mieux nos entrepreneurs et nos PME que doit s’opérer le redéploiement économique wallon. Ce diagnostic est d’autant plus vrai dans des bassins en transition économique comme Charleroi, présentant un niveau d’instruction inférieur à la moyenne wallonnequi complexifie le passage à l’acte entrepreneurial. Un déficit qui peut se voir en partie compensé par un accompagnement adéquat.

De meilleures structures, pas de nouvelles

Malgré l’importance de ces dispositifs, un constat d’illisibilité de l’animation économique doit être posé. Le modèle actuel de « l’offre », subsidiant les structures d’accompagnement plutôt que les porteurs de projets, est inadéquat: des structures sont financées à un instant pour pallier un besoin identifié qui, de par la nature même de l’entrepreneuriat, évolue très rapidement. De nouveaux programmes sont alors créés au lieu d’améliorer de façon continue les dispositifs existants. Cette logique, répliquée sur plusieurs années, a généré une multiplication des structures et une importante dilution des compétences.

Qu’elles soient publiques ou privées, les structures d’animation économique sont essentielles en Wallonie.

Trois difficultés

Ce constat constitue un triple échec. Premièrement, la multiplicité des structures et l’absence d’économie d’échelle peut mener à une inefficience de l’utilisation de l’argent public. Deuxièmement, certains porteurs de projets ne se font pas accompagner par manque de lisibilité des instances et abandonnent la voie entrepreneuriale. Enfin, de nombreuses entreprises ne mobilisent pas les dispositifs existants pour accélérer leur développement par simple ignorance de leur existence.

La rationalisation des outils

Aujourd’hui, porté par la dynamique du plan CATCH, ce constat nous a mené à un momentum de rationalisation de ces outils. Au niveau régional d’abord, avec notamment l’établissement du guichet unique 1890, mais également au niveau local, avec la création de Charleroi Entreprendre, une entité regroupant les différentes structures publiques d’animation économique sur Charleroi Métropole.

Passer à un modèle de demande

Il est du devoir des autorités publiques de capitaliser sur ce momentum en basculant du modèle de l’offre vers un modèle de la demande, axé sur la subsidiation des entrepreneurs en lieu et place des structures d’accompagnement. Restera alors aux structures d’animation de justifier leur valeur ajoutée en se réinventant chaque jour et en se spécialisant, afin de recevoir une proportion croissante de leurs revenus en fonction de la valeur créée pour leurs clients.

Article précédent
Article suivant