Famille

Les moments en famille se passent aussi en ligne

30.09.2021
par Charlotte Rabatel

Ils s’appellent « Le club des 5 », « La famille », ou encore « La tribu ». Ces groupes de discussion entre les membres d’une même famille ont explosé et permettent de nouvelles formes de communication.

La pandémie a sans aucun doute exacerbé la mode des groupes familiaux sur les applications et en ligne. Mais ils existaient déjà avant, et continueront d’exister après. Ils permettent de rapprocher les membres d’une famille qui habitent à plusieurs milliers de kilomètres, mais également ceux qui ne sont finalement pas si loin.

« Avant, la grande appréhension vis-à-vis d’Internet et des technologies, c’était la peur de les utiliser pour entrer en contact avec des inconnus », explique Thierry De Smedt, ancien professeur à l’UCL et membre de la classe Technologie et Société de l’Académie royale de Belgique. « On se rend compte que c’est totalement l’inverse. » Nous nous servons de ces outils pour communiquer et nous rapprocher de notre cercle proche. « Les technologies ont effectivement permis de rapprocher virtuellement des gens qui sont éloignés les uns des autres, la pandémie en est la preuve », souligne l’ancien professeur.

 

Antonio Iannaccone est professeur à l’Université de Neuchâtel en Suisse. Il explique également que ces outils ont accéléré les modes de communication. « Ils permettent une communication immédiate aussi entre individus qui vivent géographiquement très à distance et historiquement contraints par une communication plus lente. » Ce qui nous plaît dans ces échanges, c’est l’utilisation de plusieurs moyens de communication : « Les mots et les images se combinent en créant des messages efficaces et amusants. »

Le professeur alerte tout de même sur ces nouvelles utilisations. « Il faut aussi considérer que depuis quelques décennies, indépendamment de la situation sanitaire, les sociétés contemporaines se digitalisent progressivement. Il s’agit d’une véritable révolution culturelle de très grande envergure et la tâche fondamentale que les sociétés doivent aborder sérieusement les prochaines années sera celle de régler le rôle (et la place) que ces technologies doivent occuper au sein de la dynamique sociale et surtout éduquer les jeunes générations au meilleur usage de ces puissants outils culturels. »

Pour Thierry De Smedt, ce processus est peut-être déjà en route. « L’utilisation des technologies a redonné de l’importance aux vraies rencontres familiales. » Il ajoute que « c’est aussi en communiquant virtuellement que nous avons compris l’intérêt et la richesse d’un moment en face à face ».

Article précédent
Article suivant