Famille joyeuse allocations familiales
Famille

La caisse d’allocations familiales, votre soutien au quotidien

Depuis toujours, la caisse d’allocations familiales est un acteur majeur dans la vie de chaque ménage. En tant qu’organisme de la sécurité sociale, elle est chargée d’apporter une aide financière mensuelle à votre famille, en fonction du nombre d’enfants. Ce soutien se compose d’un montant de base, qui peut être augmenté d’éventuels suppléments suivant la situation personnelle de chaque enfant et qui débute dès la grossesse (avec une prime de naissance d’un montant fixe et unique versé pour chaque bébé). Mais comment les choses se passent-elles concrètement en Wallonie ? Partons dans les coulisses de vos allocations familiales…

Auparavant, il revenait à votre employeur de confier le paiement de vos allocations familiales à une caisse de son choix. Aujourd’hui, avec la régionalisation des allocations familiales, les choses ont changé : chaque famille choisit elle-même sa caisse. Pas de panique, cependant ! Plus qu’une contrainte, cette nouvelle manière de procéder est une véritable opportunité. « Chaque famille devient effectivement acteur dans la gestion de ses allocations familiales », explique Pascale Mégal, directrice de la Communication chez FAMIWAL. « On responsabilise davantage les parents qui peuvent ainsi faire le choix le plus adéquat pour accompagner leur enfant, de 0 à 25 ans. Ce n’est pas rien et il faut offrir le meilleur niveau de confiance aux familles ! ».

Chaque famille devient aujourd’hui acteur dans la gestion de ses allocations familiales, en choisissant elle-même sa caisse d’allocations familiales.

Alors, comment faire ce choix ?

« Que l’on parle des montants mensuels, des suppléments possibles ou des dates de paiement, ceux-ci sont tous semblables, car fixés par la Région wallonne. » Ce qui est nouveau par contre, c’est la possibilité de changer de caisse d’allocations familiales (en tenant compte des deux ans obligatoires dans une même caisse). « Cela peut paraître anodin », poursuit Pascale Mégal. « Mais cela entraîne une constante amélioration des services proposés aux familles, aussi bien pour les services en ligne, via Internet, que dans les contacts directs avec les familles. Nous devons vraiment voir ce qui convient le mieux à chacun(e). »

Une fois votre choix fait, le reste du parcours est simple, car la caisse vous aide dans toutes vos démarches :

  • Dès que vous êtes enceinte : vous demandez votre prime de naissance sur https://primedenaissance.wallonie.be/. Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2020, la somme pour chaque bébé est identique. Chaque naissance correspond ainsi à une prime de 1 144,44 € (dernière indexation).
  • Au sixième mois de grossesse : vous envoyez l’attestation de votre médecin ou de la sage-femme établie à partir de la 24e semaine de grossesse.
  • Au septième mois de grossesse : votre caisse d’allocations familiales vous verse la prime de naissance.
  • Rapidement après la naissance : vous faites les démarches auprès de votre commune pour déclarer la naissance de votre bébé, ce qui ouvrira automatiquement son dossier d’allocations familiales auprès de la caisse. Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2020, l’allocation de base varie pour chaque enfant (pour le premier enfant : 99,67 € ; pour le deuxième enfant : 184,43 € ; et pour les enfants suivants : 275,36 €). Pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2020, l’allocation de base varie en fonction de leur âge (de 0 à 17 ans, l’allocation s’élève à 161,26 € et de 18 à 24 ans, celle-ci s’élève à 171,67 € par mois). Ce à quoi peuvent s’ajouter certains suppléments selon la situation de l’enfant et/ou de vos revenus.
  • Deux mois après cette déclaration : vous recevez vos premières allocations familiales. Le versement se fait au plus tard le 8e jour de chaque mois.
  • De 0 à 18 ans : l’enfant bénéficie d’allocations familiales sans condition. Cela dépend ensuite de la situation du jeune (études, rémunération, chômage…). Le droit s’arrête pour tous à 25 ans.

La caisse prévoit également une aide spécifique dans des situations tout à fait particulières : si votre enfant est né à l’étranger, est adopté, est atteint d’un handicap ou d’une maladie chronique, etc. Il est donc primordial de toujours signaler un changement dans votre ménage pour bénéficier des montants adaptés à votre situation.

famille joyeuse allocations familiales

Un problème ? Une incertitude ? Une question ? C’est à votre gestionnaire de dossier qu’il faut demander !

Tout au long du parcours de votre enfant, vous aurez bien sûr l’occasion de poser toutes vos questions relatives à son dossier d’allocations familiales à votre gestionnaire de dossier attitré. « Que ce soit par téléphone ou par email, nous répondons toujours aux besoins de nos familles de la manière la plus complète possible », insiste Christophe Collard, gestionnaire de dossier chez FAMIWAL.

Mais en quoi consistent justement ces besoins ? Les gestionnaires analysent votre dossier afin d’adapter les suppléments auxquels vous avez droit selon l’évolution de votre situation familiale.
« Que cela fasse suite au décès d’un membre de votre famille, à une nouvelle naissance, à une perte d’emploi, à une diminution de revenus ou encore à un changement de nationalité, votre dossier et les montants alloués s’adapteront », insiste Fabienne Deprez, gestionnaire de dossier chez FAMIWAL. D’où l’importance de prévenir son conseiller le plus rapidement possible lorsque votre situation familiale change. « Le risque n’est pas de perdre définitivement une somme d’argent qui vous serait due », poursuit Christophe Collard. Il existe en effet une prescription de cinq ans pour réclamer un supplément non perçu. « Le risque est surtout de devoir reverser un trop-perçu quelques mois plus tard, à un moment peut-être moins opportun pour vous. » Car, c’est un fait, les informations issues notamment du registre national ou du SPF Finances sont informatisées, automatisées et accessibles au gestionnaire de dossier qui reçoit des alertes pour mettre à jour votre dossier. « Ceci évite les erreurs et les tentatives de fraude, qui étaient souvent difficiles à détecter lorsqu’on fonctionnait encore via des questionnaires à renvoyer à sa caisse d’allocations familiales », explique Christophe Collard.

J’accorde une place très importante à l’écoute des familles, car les gens évoquent parfois des situations très difficiles. » Fabienne Deprez, gestionnaire de dossier chez FAMIWAL.

Un travail proche de celui des assistants sociaux

Qu’on se le dise, travailler comme gestionnaire de dossier n’est pas de tout repos. Aujourd’hui plus encore avec la pandémie, ces derniers doivent souvent se muer en véritables psychologues ou assistants sociaux pour aider les familles. « J’accorde une place très importante à l’écoute des familles, car les gens évoquent parfois des situations très difficiles », explique Fabienne Deprez. « Mais au-delà d’une oreille attentive, la meilleure réponse que nous pouvons leur apporter réside toujours dans l’information que nous leur fournissons. Celle-ci doit être claire et transparente. » Les faveurs financières sont bien évidemment proscrites et impossibles, les montants alloués étant figés par la Région wallonne, qui, comme la caisse d’allocations familiales, met l’équité en première ligne de ses valeurs. « Mais tout gestionnaire doit analyser ses dossiers de fond en comble afin de déceler un avantage possible pour les familles dans le besoin », évoque Christophe Collard.

Faire preuve de vigilance

S’il y a bien un conseil que votre gestionnaire de dossier peut vous donner, c’est bien celui de ne pas croire tout ce qu’on raconte. « Avec l’importance des réseaux sociaux, il y a un phénomène de comparaison qui se crée entre les personnes », avance Christophe Collard. Et les allocations familiales n’échappent pas à la règle.
« Des parents et leurs enfants viennent parfois se plaindre concernant la somme d’argent qu’ils perçoivent et qui ne correspond pas à celle de leurs voisins ou amis. » Or chaque situation est différente et c’est ce qui détermine le montant alloué. Raison pour laquelle il est important de s’adresser directement à son conseiller. « Ce n’est pas parce que l’automatisation et l’informatisation des données personnelles vont s’intensifier que le rôle du gestionnaire va disparaître. Les familles auront toujours besoin d’un regard humain sur leur dossier. Notre “humanité” fait aussi partie de notre expertise », conclut Christophe Collard.

07.10.2021
par Fokus Online

En association avec

FAMIWAL est la caisse publique wallonne d’allocations familiales. Elle compte aujourd’hui 317 collaborateurs répartis dans six bureaux régionaux situés à Mons, Charleroi, Namur, Wavre, Liège et Libramont. FAMIWAL verse actuellement les allocations familiales de plus de 320 000 enfants et gère plus de 180 000 dossiers, ce qui représente près de 37 % de la totalité des allocations familiales en Wallonie. Outre les valeurs de service public — et service au public — qui constituent l’ADN de FAMIWAL, la caisse publique appuie son fonctionnement sur cinq valeurs essentielles : l’Innovation, le Dynamisme, l’Engagement, l’Expertise et la Solidarité. Un fil conducteur pour l’ensemble du personnel : « Votre enfant est unique pour vous. Pour FAMIWAL, aussi ! »

Découvrez plus

Article précédent