fringales
Agri & Food

Les fringales, ou pourquoi vous allez vider ce sachet de chips

24.01.2023
par Rosalie Van Hoof

Il vous arrive de passer une journée entière à saliver à la pensée du pot de glace dans le congélateur ? Vous ne pouvez pas voir un paquet de chips ouvert sans le terminer ? De plus en plus de personnes souffrent de ce genre de fringales. Mais d’où vient cette irrésistible envie de manger ? Et quelle attitude adopter ? J’ai envie de dire : laissez-vous aller, et profitez-en.

Une fringale est une sorte de besoin de manger incontrôlé, explique Michaël Sels, diététicien en chef attaché à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA) et auteur de  »Lekker lang leven » où il explique comment avoir une bonne et longue vie. « On a constaté une augmentation des fringales au cours des dernières années ». Selon l’expert, plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. « Ce n’est pas que nous avons perdu notre maîtrise de nous. Non, ce qui a changé, c’est l’environnement dans lequel nous vivons et travaillons. Nous sommes entourés de tentations du matin au soir. » Ceux qui travaillent à domicile sont plus susceptibles de grignoter. « Ces dernières décennies, les employeurs proposent un lieu de travail sain, mais à la maison, la distance à parcourir jusqu’au frigo n’est pas grande depuis la table de cuisine ou le bureau. »

La disponibilité des aliments et la taille des portions a augmenté. « La technologie et le marketing jouent également un rôle en la matière », poursuit M. Sels. « Aujourd’hui, les petites distances ne se font plus à pied, mais en scooter électrique. » Le marketing constant crée lui aussi un sentiment de besoin perpétuellement insatisfait. « Cela montre à quel point nos assiettes sont différentes de celles d’il y a 50 ans. Commander une pizza à minuit ? Dans un environnement urbain, ce n’est vraiment pas un problème ». Les gens écoutent donc de moins en moins leur « intuition alimentaire ». 

Essayez de manger davantage en fonction de votre intuition, après un certain temps, la culpabilité disparaîtra.

– Alessia Couvreur, ‘’la diététicienne de l’état d'esprit''

L’alimentation intuitive

« Les fringales sont souvent liées à un comportement appris », poursuit Sels. « Les gens ont l’impression qu’une collation contribue à la détente ». Le stress est donc un important déclencheur de fringales. « Les personnes qui suivent un régime strict en souffrent bien davantage », dit-il. Manger trop peu mène trop souvent à la suralimentation. C’est un cercle vicieux.  

La diététicienne Alessia Couvreur, surnommée « la diététicienne de l’état d’esprit » et auteure de  »Bye Bye Diet », a constaté les effets d’une relation dysfonctionnelle avec la nourriture. « J’ai remarqué que mes clients étaient toujours très attentifs au chiffre affiché par la balance. Celui-ci déterminait leur humeur et leur motivation. » Cherchant un moyen de communiquer de manière plus positive sur l’alimentation saine, elle a découvert l’alimentation intuitive, une philosophie alimentaire développée dans les années 1990 par deux diététiciens américains. « L’alimentation intuitive consiste à s’éloigner de toute règle alimentaire et de toute croyance sur la nourriture, afin de réapprendre à écouter ses propres sensations et son corps », explique Alessia. « Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer aux recommandations scientifiques, bien au contraire. C’est un compromis entre ce dont mon corps a envie, ce que j’ai envie de manger et ce qui est sain. » 

Il s’agit d’un anti-régime qui vise à faire table rase de la culture des régimes. « Dès l’enfance, nous apprenons à ignorer les signaux tels que la faim et la satiété. Comme en témoignent des injonctions du style  »il faut finir son assiette » ». Comme M. Sels, M. Couvreur affirme que les personnes qui suivent un régime sont plus susceptibles de souffrir de fringales. « Avec les régimes, certains aliments deviennent des « fruits défendus », et on sait alors comment ça se passe : ce qui n’est pas autorisé, on le désire d’autant plus. » Les restrictions alimentaires provoquent les fringales. « On constate que les personnes qui suivent un régime alimentaire rêvent même parfois des choses qu’elles n’ont pas le droit de manger ». 

L’alimentation intuitive consiste à manger en fonction de sa propre sensation de faim, « afin que cela vous convienne tant sur le plan physique que mental ». Ce n’est pas parce que tout est permis que l’attrait de l’alimentation « malsaine » diminue. « Je suis passée par ce processus moi-même », admet Alessia. Je voyais surtout les sucreries comme une sorte de « petit extra à savourer », après lequel je me sentais invariablement coupable. Rien qu’en mangeant ces choses-là quand j’en ai envie, leur attrait a disparu. Il n’est pas vrai non plus que si vous vous donnez la permission inconditionnelle de tout manger, vous vous mettrez à manger de manière peu saine. Il suffit de ne manger que des choses  »malsaines » pendant une semaine pour s’en lasser et se tourner alors vers des repas plus équilibrés. »

Prendre un bain chaud

Alors comment faire pour se débarrasser des fringales ? « Je dirais : laissez-vous aller et profitez-en », affirme Alessia. « Cela semble simple, bien sûr – il y a souvent des causes sous-jacentes comme le stress ou les émotions – mais en gros, cela se résume à cela. Essayez d’être conscient.e de vos principes alimentaires et demandez-vous si ils vous aident. Sinon, essayez de manger davantage en fonction de votre intuition. Après un certain temps, le sentiment de culpabilité disparaîtra. » Même ceux qui mangent intuitivement auront parfois de petites fringales, « mais l’envie ne sera pas aussi forte, tout simplement parce que vous vous serez donné la permission d’y succomber ».

Michaël Sels recommande également de prendre des repas complets. « Supprimer un macronutriment particulier, comme les glucides, n’est pas une bonne idée. Car vous créez alors un déficit énergétique. » Il propose d’autres conseils pour briser les comportements acquis : « Trouvez comment vous détendre par d’autres moyens, en appliquant une bonne lotion pour le corps ou en prenant un bain chaud, par exemple. » De toutes manières, il faut savoir qu’une fringale n’est pas un phénomène purement physique : « J’ai pu lire qu’une envie de chocolat indiquerait une carence en magnésium », s’amuse Alessia. « Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne ».

Article précédent