RH

Baromètre du bien-être au travail : la boussole d’une entreprise positive

07.01.2021
par Fokus Online

« Take care, stay safe. » Voilà ce qui a rythmé l’année 2020, entre lassitude et espoir. Nos voisins français estiment à 49 % le pourcentage de leurs salariés actuellement en détresse psychologique (OpinionWay, 2020). Nul doute que la fatigue émotionnelle est grande et que notre capacité d’adaptation est mise à rude épreuve.

La question de la résilience devient fondamentale. Mais elle doit s’accompagner d’une démarche globale en matière de qualité de vie au travail et de bien-être. Comment faire ? Par où commencer ? Nous faisons le point avec deux experts de la société Upskill : Guillaume Thieffry, spécialiste QVT [Qualité de vie au travail, NDLR]et Dorothée Depont, spécialiste en gestion de carrière et en résilience.

Le premier point soulevé par Dorothée Depont est qu’une stratégie QVT efficace repose sur des outils de diagnostic objectifs tels qu’un baromètre du bien-être au travail. « Le baromètre du bien-être n’est pas seulement utile en cas de crise ou de manière ponctuelle, il s’agit surtout d’un puissant outil pour ajuster les actions à prendre ». 

Mais quand on parle de prendre périodiquement le pouls des équipes, il est important d’identifier les bénéfices et les points d’attention de ces actions. L’objectif est d’agir sur les problématiques soulevées par les collaborateurs (Observatoire Spinoza). Les principes fondamentaux sont l’écoute et l’action : « sans suivi et sans conséquences visibles, vous allez vous heurter à plus de démotivation et de désengagement en raison de la frustration que vous aurez engendrée. Pour augmenter le bien-être et donc la motivation et la performance, prenez le temps de la réflexion et de la communication. Vous parviendrez à impliquer les collaborateurs dans leur résilience individuelle et de groupe. Leur créativité et leur flexibilité cognitive en sortiront également renforcées. » 

Guillaume Thieffry, en tant que spécialiste QVT, a quelques recommandations à proposer pour évaluer la satisfaction de vos collaborateurs au travail. « La mesure de l’épanouissement proposée périodiquement à votre équipe pourra se focaliser sur le niveau de satisfaction relatif aux déterminants de la QVT : environnement de travail, contenu du travail, autonomie, soutien managérial et collectif, équilibre vie privée-vie professionnelle, etc. L’orientation au bonheur (explicitée dans le modèle PERMA-V -Seligman, 2013), le niveau d’optimisme, le climat motivationnel perçu, l’autodétermination du collègue (sa motivation) ainsi que l’habileté perçue sont autant de facteurs déterminants du niveau de bien-être des collaborateurs (Martin-Krumm, 2013). »

Sans suivi et sans conséquences visibles, vous allez vous heurter à plus de démotivation et de désengagement en raison de la frustration que vous aurez engendrée.

— Dorothée Depont, spécialiste en gestion de carrière et en résilience

Mais si l’évaluation périodique doit faire partie intégrante du mode de fonctionnement de votre entreprise dans le cadre de votre stratégie QVT, des évaluations ponctuelles doivent également être mises en place. Il s’agit là d’une mesure visant à identifier les facteurs de risques et de protection d’un individu ou d’une organisation, permettant ainsi de prévenir l’épuisement professionnel et de prioriser vos actions systémiques. 

Vous l’aurez compris, des facteurs individuels, relationnels et organisationnels sont des clés de réussite d’une politique QVT. Alors le dernier conseil de nos experts est de « commencer par créer un climat de confiance où sont vécues et exprimées des émotions positives, car elles sont une cause du bien-être et non pas juste une conséquence comme longtemps envisagé et où les besoins fondamentaux sont pris en compte (autonomie, sens, relations positives, etc.). »

Le leadership positif que vous insufflerez dans votre organisation amènera chaque collaborateur à s’impliquer pour devenir un ambassadeur du bien-être au travail. Et un collaborateur heureux s’impliquera plus et à plus long terme dans l’entreprise.

Article précédent
Article suivant