immobilier
Entreprendre

2/9. Jonathan Pham : Champion de la productivité

28.07.2021
par Fokus Online

Cest un gourou de limmobilier belge qui a reçu notre journaliste, Julie, dans ses bureaux. À 32 ans, Jonathan Pham est à la tête d’un réseau d’une 15e agences à travers le pays. Il fonde la toute première il y a 7 ans, avec une ambition : dépoussiérer limmobilier, digitaliser le secteur et remettre lhumain au cœur des ventes. Sil va nous raconter son aventure entrepreneuriale bien sûr, il est aussi là pour nous livrer le secret de sa réussite, la raison de son succès : sa discipline et ses routines. Ennuyeux, barbant, rigide ? Il avait une heure pour nous parler de son mode de vie et convaincre nos auditeurs les plus… hm.. récalcitrants. Pari réussi ?

Son CV 

  • 2014 : Co-Fonde We Invest Real Estate
  • 2013 : Certification d’agent immobilier
  • 2008-2011 : Bac de marketing à l’EPHEC
  • 2007-2008 : rate sa 1re année à l’ICHEC en Ingénieur commercial. 

Le pitch 

« WeInvest, c’est une agence professionnelle, sans être conventionnelle. Notre promesse ? Digitaliser le monde l’immobilier et faire en sorte que nos agents immobiliers soient plus efficaces et puissent se concentrer sur ce qu’il doit faire : s’occuper de son client. Fort de notre succès, nous sommes devenu un franchiseur immobilier, une nouvelle étape pour l’entreprise, qui se développe en Belgique francophone et ouvre sa première agence en Flandre. »

Entreprise en quelques chiffres 

    • 15 agences franchisées en Wallonie et 1re agence en Flandre 
    • Plus de 115 collaborateurs 
    • 35/40 ventes mensuelles juste pour l’agence bruxelloise
    • 4,5 millions d’euros de levée de fonds pour ouvrir au total 45 agences belges d’ici 18 mois.

immobilier

Dans cet épisode

Un cancre à l’école intègre le monde de l’immobilier (3’05)

« J’étais un peu cancre, pas très assidu au niveau des études. Mais je réussissais par contre. J’ai toujours voulu que les gens soient fainéants autour de moi, parce qu’ils trouvent des solutions assez rapides pour avoir des résultats. Pour être 1er de classe, il faut mettre un extra-effort qui n’est pas nécessaire. Être dans le top 5, c’est bon. Je ne parle pas de l’entreprise d’immobilier, bien sûr, parce que là je suis un compétiteur. »

« J’avais quelques domaines de prédilection, de façon assez bête et immature. Je m’intéressais à la santé, le luxe ou l’immobilier, parce que c’était 3 domaines oui je pensais qu’on pouvait gagner de l’argent. Comme je viens d’une famille assez modeste, avec un papa qui a pas mal souffert en quittant le Vietnam, on a été éduqués pour se dire qu’on devait assurer financièrement. Je suis quelqu’un de très peureux financièrement. J’ai toujours besoin d’avoir de l’argent sur mon compte. Amis en tant qu’entrepreneur, je fonce tête baissée. Tant qu’il y a de l’argent, je le dépense pour faire en sorte d’améliorer le produit. » 

Malin ou Intelligent ? (756) 

« Faut savoir que je ne suis pas quelqu’un de malin, je suis plutôt quelqu’un de malin. Mon associé, qui m’a rejoint après, lui est quelqu’un d’intelligent. Moi je ne gérais pas les finances. Tant qu’il y avait de l’argent que je pouvais dépenser pour améliorer quelque chose, je le faisais. Et mon associé, arrivé par la suite, a fait en sorte de bien programmer les dépenses pour qu’on puisse scaler. »

D’autres entrepreneurs l’inspirent dans sa décision de se lancer (8’48)

« J’ai rencontré plein d’entrepreneurs à San Fransisco. Et ils m’ont tous dit que ce n’est pas parce qu’on ne sait pas faire qu’on ne peut pas faire. Il y a moyen de faire autrement, il ne faut pas suivre les codes. Tu peux construire de belles voitures, comprendre les besoins des clients, ce n’est pas pour autant que tu sais comment on construit un moteur. Pour ça, tu t’entoures des bonnes personnes. Ça m’a débloqué quelque chose d’énorme en termes de mindset ! Ce n’est pas parce je ne sais pas faire que je ne sais pas trouver les solutions pour que ça se fasse ! »

Se lancer en couple ou non ? (11’51)

« Les gens qui disent qu’il faut faire attention ont raison. À un moment donné, on a manqué d’attention l’un envers l’autre, ce qui fait que ça a flanché, qu’on est plus ni associés ni ensemble. La pression du boulot, la pression de la vie, ça a fait qu’on a manqué à notre premier business qui était notre couple. C’est très très dommage. Mais c’est important de se lancer à deux, il faut toujours trouver un associé ; un associé qui partage notre vie, c’est un challenge supplémentaire. Nous, ça nous a permis d’aller très très vite et très très loin. »

Lancer une agence “professionnelle sans être conventionnelle”, le pari ! (18’56)

« Pour moi, le plus important, c’est de savoir se marqueter, faire son personal branding. Ça ne sert à rien d’être talentueux et de rester enfermer dans son grenier ou son garage. Pour moi, une personne moins bonne, mais qui se montre bien, se markete mieux va avoir plus de clients en immobilier quelqu’un de brillant qui ne se montre pas. »

Le digital pour rehausser l’expérience utilisateur et faciliter le travail des agents d’immobilier (2220)

« Vu que je suis fainéant, je détestais faire des tâches répétitives ou perdre du temps lors des visites (…) Il semblerait que je sois un peu un robot, c’est ce que me disent mes collaborateurs. Dans mes process, j’essaie de tout automatiser. Parce que je pense que l’humain est faillible. Si j’arrive à faire en sorte qu’un sms automatique de rappel soit envoyé au client avant le rendez-vous, alors les agents d’immobilier ne perdent pas de temps dans le trafic en cas d’annulation, donc ils sont plus efficaces, ils font plus d’argent et font le travail de 2 ou 3 agents. Et au lieu d’être mille personnes, on est 250. »

Créer son E-shop interne pour les supports publicitaires des franchisés (26’16)

« Dans une agence immobilier traditionnelle, pour commander des supports, il faut contacter une agence marketing, leur demander le support. C’est une demande qui prend du temps, et comme ce sont des supports personnalisés, ça coûte de l’argent. Ce qu’on a fait pour gagner du temps, c’est de créer notre propre e-shop en interne. C’est un site internet sur lequel l’agent d’immobilier se loge, où il peut commencer toute sorte de supports commerciaux, le tout customisé : sa tête, son numéro de téléphone, son nom. Il peut commander 24/24, il économise du temps parce qu’il n’y a pas d’interaction humaine, et tout arrive chez lui. »

D’agence immobilier innovante à réseau de franchises (29’02)

« On a créé une master franchise : un centre qui développe le produit, donc les différentes plateformes SAAS qu’on met en place pour aider les agents à être plus performants. C’est sur ça qu’on fait la différence. »

« Chez We Invest, on croit que la recette magique ne fonctionne que si on la met en place. Pour faire un parallèle, tout le monde sait que pour perdre du poids, il faut faire du sport et manger sainement. Comment se fait-il que si peu de gens parviennent au résultat ? Parce qu’ils n’ont pas la discipline de faire le bon suivi. »

Sa journée-type, à la recherche de l’efficacité et de la productivité (44’27)

« Je suis très principe Paretto : le fameux 20/80. Je me focalise sur les 20 clients qui me rapportent 80 % du Chiffres d’affaires, ceux où je suis indispensable. Et sinon, je dois faire en sorte d’être dispensable pour que mes équipes puissent gérer les autres sans moi. Principe de Paretto, très très important. »

Bienvenue dans le podcast Ô Summum ! Notre but : inspirer, démystifier, éclairer les parcours entrepreneuriaux daujourdhui, en provoquant une rencontre avec des entrepreneurs aventuriers dans l’âme, ambitieux, talentueux et passionnés. Pendant une heure, ils décortiquent leur parcours, analysent leurs expériences et partagent les multiples enseignements quils ont acquis !

Article précédent
Article suivant