Opinion

Valérie Glatigny: Covid-19 : comment faire mieux demain ?

02.12.2020
par Fokus Online

La crise sanitaire a démontré, s’il le fallait encore, à quel point la Fédération Wallonie-Bruxelles dispose d’un exceptionnel vivier de ressources dans les domaines de la santé et de la recherche. Des milliers d’infirmiers, de médecins et de chercheurs nous ont permis de faire face à une crise sans précédent.

Nos hôpitaux universitaires ont joué un rôle clé. Grâce à leur personnel, leurs équipements et leur offre de lits, ils ont pu réagir vite et efficacement face à une situation qui évoluait chaque jour. Des investissements humains et financiers ont été consentis dans la recherche et le développement de méthodes de tests, de respirateurs et d’équipements. Durant la crise, nous avons débloqué, avec l’ensemble du Gouvernement, 7 800 000 euros pour les aider à faire face à l’urgence et aux coûts engendrés. Cet engagement souligne, s’il le fallait, l’importance de garantir à ces hôpitaux universitaires un financement pérenne. 

Nous avons soutenu financièrement nos universités à hauteur de 2 700 000 d’euros, celles-ci ayant souvent réaffecté leurs chercheurs à des recherches COVID, reportant d’autres projets en cours, comme en témoignent les recherches sur l’impact psychosocial du confinement, par exemple. Des établissements d’enseignement supérieur ont redirigé du matériel de recherche et de soins vers les hôpitaux et les maisons de repos pour lutter contre la COVID. Demain, nous devrons continuer à assurer la pérennité des activités de recherche de nos établissements. 

Nos hôpitaux universitaires, nos universités et nos hautes écoles ont joué un rôle clé pour lutter contre l’épidémie.

Cette crise et ses implications en matière de santé publique posent également la nécessaire question de l’offre de soins en Fédération Wallonie-Bruxelles. Généralistes, spécialistes, infirmiers : tous sont montés au front, mais l’offre n’était pas égale partout. Il est essentiel de parvenir à objectiver nos besoins en la matière. La Commission de planification de l’offre médicale, en cours d’élaboration, devrait permettre d’atteindre cet objectif, et d’affiner au mieux les sous-quotas des différentes professions médicales, avec un objectif clair : partout en Fédération Wallonie-Bruxelles, chacun devrait pouvoir disposer de généralistes et de spécialistes proches de chez lui.    

Tout au long de ces derniers mois, les forces vives de la Fédération Wallonie-Bruxelles en matière de santé et de recherche se sont mobilisées au service de la société. Nous les remercions. Les enseignements de cette crise seront tirés pour que, demain, nous puissions faire plus et mieux si une nouvelle pandémie devait se déclarer. 

Article précédent
Article suivant