télétravail
Outdoor

Télétravailler ? Oui ! Mais où et comment ?

11.04.2022
par Bastien Craninx

Le télétravail est devenu une pratique courante. Mais si elle permet de travailler à distance, ce n’est pas pour autant qu’il est possible de le faire de n’importe où. Voici quelques conseils. 

Le télétravail a tellement marqué les esprits que près de neuf entreprises belges sur dix (89,8%)* souhaiteraient en prolonger l’expérience, au moins dans une forme hybride. “Selon un de nos sondages réalisé auprès de 60.000 travailleurs, 54% d’entre eux seraient d’ailleurs prêts à quitter leur emploi si l’entreprise ne remplissait pas ce critère de flexibilité” explique Constantin Burasa, Manager – Employment consulting chez EY. Mais si le télétravail est en train de se généraliser, ce n’est pas pour autant qu’il est possible de travailler de n’importe où.

Le télétravail n’est pas un droit. Il doit être négocié avec l’employeur si la fonction le permet.

- Constantin Burasa, Manager - Employment consulting chez EY

Cela peut paraître évident, mais pour s’assurer de pouvoir télétravailler, il faut avoir un accord préalable avec son employeur. “En effet, le télétravail n’est pas un droit. Il doit être négocié avec l’employeur si la fonction le permet”, poursuit Constantin Burasa. En cela, il est primordial de discuter des modalités pratico-pratiques telles que le matériel dont vous avez besoin (et qui le finance), le type de remboursement de frais éventuels, l’entretien des outils, la personne de contact en cas de problèmes, sans oublier bien sûr les heures et l’horaire de travail que vous êtes censé respecter. Ce qui amène un autre point fondamental. “Il faut arriver à établir une barrière entre la vie privée et la vie professionnelle”, insiste Bénédicte Schepens, professeure à la Faculté des sciences de la motricité de l’UCLouvain. L’experte conseille ainsi qu’il y ait une véritable séparation physique pour faire la différence entre vos deux types de vie. “Et il est recommandé de garder le rythme de travail d’une journée normale”. 

Attention également au manque de contacts sociaux. “L’isolement social est un risque du télétravail”, reprend Bénédicte Schepens. Pour l’éviter, l’idéal serait donc de conserver des possibilités de se rencontrer entre collègues. “À cette fin, des événements informels tels que des after work, des jeux de détente ou des pauses café virtuelles sont intéressants”, poursuit Constantin Burasa. Enfin, pour ceux qui imaginaient déjà pouvoir travailler au soleil depuis l’étranger, ce n’est pas si simple. “Le pays d’accueil pourrait exiger que toutes les obligations fiscales et sociales liées à votre occupation soient remplies chez lui”. Cela dépendra notamment du nombre de jours prestés à l’étranger. “Mais il existe toujours des solutions pour que les obligations de chacun soient rencontrées. C’est le cas des « paies miroirs » qui permettent à l’entreprise belge de s’acquitter de ses obligations et de payer ses cotisations sociales à la France par exemple”, conclut Constantin Burasa. 

Source : Sondage Acerta en collaboration avec la KU Leuven et la revue #ZigZagHR auprès de 280 entreprises

Article précédent
Article suivant