impact
Lifestyle

Louis-Philippe Loncke : Expérimenter pour aimer, aimer pour protéger

31.03.2021
par Fokus Online

L’homme a un impact plutôt négatif sur la nature, on entend chaque jour discourir sur les problématiques environnementales. Malgré cela, certains résistent et ne cherchent pas à protéger la nature. Comment les convaincre ?

Augmenter l’impact positif de la nature

Pour diminuer l’impact négatif de l’Homme sur la nature, il faut augmenter l’impact positif de la nature sur l’Homme. Pour que les « pollueurs » désirent protéger la nature, il faut leur apprendre à l’aimer. L’alternative que je propose aux images fortes et aux discours moralisateurs ? L’expérimentation. C’est le défi de tout amoureux de la nature : encourager d’autres personnes à le rejoindre lors d’escapades pour vivre la nature comme une expérience positive et en ressentir ses bénéfices.

Apaiser nos sens

Et ils sont clairs : la nature apaise nos sens. L’impact motrice aide le cerveau à évacuer le stress et les pensées parasites. Les yeux et les oreilles, moins sollicités, se reposent. Je me souviens de la première fois où j’ai « entendu » le silence, dans le désert de Simpson. Pas de bruit, pas de vent, rien. Juste les battements de mon cœur dans une petite veine près de l’oreille. Une expérience perturbante et une découverte fantastique !

En soi, tout est exotique lorsqu’on se sort un peu de la tête les vieilles images qu’on en a.

Pratique d’activités « outdoor »

De plus en plus d’articles scientifiques montrent l’impact et que la pratique d’activités « outdoor » permet de se ressourcer, de se soigner. Mes expériences personnelles vont de la simple balade au trek de plusieurs semaines à pied ou en kayak, des déserts les plus arides aux forêts inextricables, des Andes à l’Australie. J’ai pu expérimenter avec cet impact et ces changements dans mon corps et, surtout, dans mon esprit.

Lors de mes expéditions, j’ai été le témoin chanceux de phénomènes rares : une aurore australe, la drache dans le désert le plus aride d’Australie ou même un arc-en-ciel horizontal. L’immersion prolongée dans la nature a tellement à offrir, même près de chez soi. Un petit insecte bien belge m’émerveille aussi !

Pandémie

Cette pandémie a eu pour effet d’augmenter notre exposition au monde numérique. Si vous êtes en overdose de digital, une rando dans la nature est un bon remède. J’aimerais, dans le futur, organiser des camps de désintoxication digitale pour reprendre le contrôle de sa santé mentale. En attendant, foncez vers la forêt !

Article par Louis-Philippe Loncke, explorateur et aventurier 

Article précédent