Fêtes

Silent Jill: Mon pire souvenir de Noël

16.12.2020
par Fokus Online

Noël, la famille, les lumières, les cadeaux et… la neige… Cela peut être une superbe fête. Ou pas. Laissez-moi vous raconter mon pire Noël. C’était il y a 10 ans, un Noël comme on en a peu en Belgique. 

Ce soir-là, il neige comme jamais. Enceinte de ma fille, je travaille dans un grand magasin de la capitale. Et c’est bien connu, les rayons sont encore noir de monde le 24 décembre. Il est donc 19h30, j’y suis encore, et je ne pense qu’à une chose : rentrer aussi vite que possible chez moi, préparer les cadeaux et prendre la route pour rejoindre ma famille et mon papa, à Philippeville, dans la province de Namur.

Le train n’est pas une option vu la distance ! Ce sera donc en voiture. Sauf que dehors, ce n’est pas que de la neige : ce sont de véritables bourrasques que je dois affronter ! Vaillamment, je monte dans ma petite voiture et entame le trajet. Quelques kilomètres plus tard, je comprends : c’est mission impossible ! Ma voiture tangue dans tous les sens ! Je suis incapable de dépasser les 2 km/h !

Résignée et abattue, je fais demi-tour, mes paquets cadeaux dans le coffre, et j’appelle mon papa, la mort dans l’âme, pour lui expliquer la situation. Dépité, il insiste pour que je réessaie ! « Tu ne vas pas passer Noël chez toi, seule et enceinte quand même ! » Mais c’est peine perdue, la route est beaucoup trop dangereuse ce soir… 

Ce Noël-là, entre les bêtisiers à la télé et les lumières de la ville, ce sera un petit plat thaïlandais en solo.

Et bien sûr, pour compléter la beauté du moment : rien à manger dans mes placards… J’essaie de rester positive, je trouve un petit restaurant ouvert. Ce soir, entre les bêtisiers à la télévision et les lumières clignotantes de la ville qui pénètrent par les fenêtres de mon appartement, ce sera un petit plat thaïlandais. 

Pas le Noël idéal ! Et certainement bien pire, pour ma part, que celui que nous allons vivre en 2020 ! Parce que même si les mesures sont restrictives, aujourd’hui, je pourrais compter sur la présence de mes trois enfants et de mon compagnon. Et pour le réveillon, ce sont justement les enfants qui choisiront le menu. Au programme, pâtes ou plat saucisse-compote sans doute ! Il faut dire qu’ils n’aiment pas la cuisine thaïlandaise !

Article précédent
Article suivant