Fêtes

Pourquoi pas moi ?

16.12.2020
par Fokus Online

Dans nos vies, déjà bien remplies, la simple mention d’une activité supplémentaire venant s’ajouter à l’agenda a le don de soulever un léger vent de panique. On peut en avoir l’envie, mais ni le temps ni les moyens, sus aux idées fausses : c’est possible !

L’esprit des fêtes vous travaille peut-être ? Vous pensez déjà à vos bonnes révolutions 2021, et parmi elles figure celle de donner de votre temps pour une bonne cause ? Ou peut-être celle de retisser du lien social après une année un peu éprouvante ? Faute de temps, d’argent ou parfois de compétences, on dit pourtant souvent « bye bye » au bénévolat avant même les premières recherches. Pourtant, s’il se veut source de plaisir et bien-être, il se veut surtout flexible, compréhensif et respectueux des envies de chacun. Qu’il s’agisse du milieu socioculturel ou sportif, de missions spécifiques, de projets ponctuels ou même de fonctions stratégiques, les possibilités d’activités bénévoles sont quasi illimitées.

En effet, on imagine le plus souvent des missions de permanence et d’accueil ou de ventes et récoltes de fonds dans les rues. Rares sont ceux qui connaissent réellement la variété de tâches pouvant être réalisées bénévolement. 

On a beau manquer de temps, se sentir utile est une grande source d’épanouissement personnel.— Natacha Dewitte, Croix-Rouge

Pour Natacha Dewitte, directrice adjointe des ressources humaines de la Croix-Rouge pour le pôle volontariat, il est essentiel de se rappeler que « chacun donne ce qu’il peut et s’engage à sa manière. C’est le volontariat qui vient rencontrer vos disponibilités et non l’inverse. Il ne se veut pas contraignant, mais plutôt accommodant et gratifiant. Le volontariat, ce n’est d’ailleurs pas que du terrain ! Chez nous, toutes les instances de gouvernance sont gérées par des volontaires, nous recherchons donc pour 2021 nos nouvelles instances de décision. Le bénévolat, c’est aussi des fonctions stratégiques, coordinatrices et logistiques. » 

Pour choisir l’association qui vous convient, laissez faire les experts ! Dans un rôle d’intermédiaire entre les volontaires et 400 associations présentent à Bruxelles et en Wallonie, la Plateforme francophone du Volontariat (PFV) propose la découverte d’associations locales tout en s’assurant du respect des bénévoles. En Belgique, si l’union fait la force, l’engagement citoyen fait renaître les valeurs d’entraide et ça, Emmeline Orban, secrétaire générale de la PFV, ne le sait que trop bien. 

« La promotion du volontariat, c’est avant tout celle d’un volontariat de qualité, qui fait sens dans la société. Le volontaire n’est pas un employé précarisé. Il est un acteur dans une lutte proche de ses valeurs qui vient, par envie et plaisir, partager, reconnecter du lien, se rendre utile, rencontrer des gens, mais aussi apprendre et transmettre ses connaissances. » 

De la promenade d’animaux en passant par la visite de malades hospitalisés, la vente d’articles en boutiques solidaires, l’accompagnement de personnes âgées ou même les maraudes, l’activité de bénévolat qui vous ressemble existe, il suffit de la trouver. 

Vraie référence dans les domaines du don de sang, des premiers secours et des actions humanitaires, la Croix-Rouge de Belgique francophone œuvre avec plus de 11 500 bénévoles à ses côtés. « On a beau manquer de temps, se sentir utile est une grande source d’épanouissement personnel. Un engagement de deux heures toutes les deux semaines suffit à faire la différence », explique Natacha Dewitte. Et lorsque le don de temps n’est pas envisageable, des petites contributions financières permettent de soutenir l’association de votre choix et ainsi subvenir à ses besoins.

La participation dans la vie associative est un véritable engagement qui contribue à souder notre société, à créer une communauté. Avec près d’un Belge sur huit déjà engagé dans des activités de volontariat – il n’y a plus qu’à continuer à stimuler notre fibre solidaire !

Article précédent
Article suivant