Lifestyle

Destination multifonctions !

19.02.2021
par Frédéric Vandecasserie

Cohabitation, télétravail, meilleure gestion de tous les espaces de la maison, grand bol d’air confiné… la crise de la COVID aura modifié nos vies, nos habitudes et nos habitats en profondeur. Pour des résultats durables, dans tous les sens du terme ? Peut-être bien… 

Avant, c’était facile : un employé travaillait au bureau, et non chez lui. Donc la pièce « bureau », si l’habitation en possédait une, se voyait généralement squattée par les jouets des enfants, les factures à trier, ou les vêtements hors-saison. Mais ça, c’était le monde d’avant !

« Maintenant, avec l’essor du télétravail, les choses ont bien changé », confirme François-Michel Brismoutier, architecte de plus en plus souvent confronté à des clients en manque d’espace. « Les gens nous demandent fréquemment de penser un vrai espace de travail. Ce ne doit pas spécialement être un bureau, cela peut aussi prendre la forme d’une partie d’une autre pièce. Chaque mètre carré est devenu encore plus précieux. » 

Et quand on ne dispose pas de suffisamment d’espace pour se créer un ou des bureaux à temps plein, la solution réside alors dans des espaces « multifonctions », qui seront utilisés successivement comme lieux de travail et de vie. Avec, à la clé, une discipline de fer pour ne pas mélanger les genres et les moments de la journée. « Il ne faut alors rien laisser traîner dans ce type d’espace. Raison pour laquelle l’aménagement de systèmes de rangement bien pensés devient de plus en plus fondamental. Une chose est sûre : les gens ont repris possession de leur maison durant cette période. » 

S’ils ont repris possession de leur habitat, les gens ont aussi pris conscience de la nécessité d’adopter des comportements de travail sains. En d’autres termes, la position assise, à l’intérieur, à longueur de journée, ne représente pas le cocktail idéal pour l’épanouissement et le confort des vertèbres. Voilà pourquoi des initiatives flexibles, pensées pour pouvoir travailler aussi dehors, voient de plus en plus le jour, avec un certain succès. C’est notamment le cas du « notadesk », bureau mobile pensé pour des espaces réduits, favorisant la position debout, que l’on peut facilement déplacer, et même utiliser à l’extérieur. « Nous avons pu vérifier ‘‘l’effet Corona’’ », confirme Andreas De Smedt, le Belge à l’initiative du concept. « Notre chiffre d’affaires a été multiplié par trois ! » 

Un bon environnement de travail à l’extérieur réduit le stress émotionnel de 30 % au moins.

— Andreas De Smedt, concepteur du « Notadesk »

Le constat d’un succès qui se double d’une stricte vérité scientifique : « un bon environnement de travail réduit le stress émotionnel de 10 % au moins en intérieur, tandis que le chiffre grimpe à 30 % quand on bosse dehors. De plus, pouvoir travailler à l’extérieur, c’est la garantie d’un environnement très épanouissant, avec toutes les conséquences en matière de hausse de productivité. » 

Et après ? Va-t-on reprendre la route au même titre que les habitudes du passé ? Notre architecte n’en est pas persuadé. « De nombreuses personnes ont désormais pris l’habitude de travailler chez elles quand c’était possible, au moins en partie. Dans un environnement créé presque sur mesure pour elles. D’autant que les employeurs constatent que le télétravail ne fait pas baisser la productivité ! »

Enfin, un aménagement de la maison davantage tourné vers le télétravail devrait également diminuer la pression automobile. « À un moment où on déplore de plus en plus les encombrements routiers et leurs conséquences en matière de pollution, le travail à domicile me parait être une excellente option. Et on remplacera utilement les ‘‘moments de transition’’ passés dans sa voiture par des moments tournés vers la pratique d’un sport. » 

Moralité : tout est lié. Logique, finalement, dans une ère où la flexibilité est devenu le maître-mot.

Article précédent
Article suivant