Business

La transition digitale va au-delà du numérique

07.01.2021
par Fokus Online

La pandémie de coronavirus a provoqué un véritable raz-de-marée de projets de numérisation dans les entreprises. Mais le matériel et la technologie ne sont pas les seuls facteurs importants ici. Car il faut aussi tenir compte de l’aspect humain et la gestion du changement, assurent Robert van der Eijk et Evi Peeters de Capgemini Invent. 

Les entreprises veulent devenir lean and mean parce que les consommateurs et les clients attendent désormais beaucoup plus d’elles. Les investissements dans les sites web, les back-offices numériques et les processus informatiques dans le nuage contribuent à rendre le trajet du client aussi fluide que possible. « En fait, c’est la manière de faire des affaires dans son ensemble qui est en train de changer », explique dit Robert. « Mais cela soulève aussi de nouvelles questions : comment traiter les collaborateurs et les équipes ? Comment rester au contact de votre personnel ? Et quel est le rôle encore dévolu au bureau traditionnel ? Nous allons devoir travailler autrement, mais aussi planifier autrement. La communication est appelée à jouer un rôle crucial dans la nouvelle réalité. » 

Trouver l’équilibre entre humain et technologie

« Le travail à distance constituait déjà un point d’attention, mais personne n’avait vu venir ce qui se passe maintenant », ajoute de son côté Evi. « Dans la plupart des entreprises, le premier niveau – l’équipement technique, la cybersécurité – est déjà à peu près en ordre. Il leur faut à présent s’attaquer à un second niveau : le facteur humain. Comment faut-il, par exemple, s’organiser pour réduire le nombre de burnouts ? Cela nécessitera également un autre type de leadership. Auparavant, le personnel était géré sur la base de sa présence et de l’output. Aujourd’hui, c’est l’outcome et l’impact qui servent de références. Mais toutes les fonctions ne connaîtront pas la même évolution. Un informaticien ou un comptable peut travailler facilement à distance, c’est déjà plus compliqué si vous travaillez en production ou au département R&D. Cela dit, le télétravail à 100 % ne me semble pas une bonne idée, même pour ceux du premier groupe. »

Tout ne pas va devenir virtuel, mais il faut y penser dès maintenant.

— Evi Peeters, Capgemini Invent

Et les défis ne s’arrêtent pas là car, au-delà du coronavirus, les préoccupations existantes, comme l’importance des données et l’aspect développement durable, n’ont rien perdu de leur importance. « Ce type de facteurs ne va cesser de gagner en importance », Robert en est convaincu. « Tant les consommateurs que les clients B2B exigent de plus en plus souvent une approche durable de la part de leurs fournisseurs ; pas uniquement en termes d’émissions de CO2, mais aussi sur le plan de l’éthique des affaires. »

Préparer demain

Pour ce qui est de l’avenir, nos interlocuteurs s’accordent à dire que rien ne sera plus jamais comme avant. « Nous évoluons vers une société différente », fait observer Evi. « D’ici quelques années, parviendrez-vous encore à allécher les jeunes avec une voiture de société ? Et qu’est-ce que cela implique pour vous si vous êtes une société de leasing ? Ce qui ne veut pas dire que tout deviendra virtuel, loin de là. Mais ce sont des choses auxquelles il faut commencer à penser dès maintenant. »

Article précédent
Article suivant