retraite
Finance

Mission ‘capital-pension’ : comment bien préparer sa retraite ?

03.06.2022
par Célia Berlemont

Contrairement à la chanson populaire d’Henri Salvador qui dit si bien que « le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver », le capital-pension, c’est le confort, ne rien faire c’est le laisser dormir à tort.

La retraite est, sans aucun doute, un sujet économique qui cristallise de nombreuses inquiétudes. Vous rêvez de vous retirer sereinement de la vie active après une carrière bien remplie ? Sachez qu’il s’agit avant toute chose d’une question de stratégie. Parmi les options visant à assurer votre bien-être financier, les investissements immobiliers constituent une alternative de choix. Il existe également la possibilité de mettre en place un plan d’investissement mobilier afin de vous constituer un capital dédié à votre future vie de retraité : le capital-pension. 

À dix ans, vingt ans, trente ans ou quarante ans de la retraite, la règle en matière d’investissement est relativement simple : plus vous vous y prenez  tôt, plus vous bénéficiez de la possibilité de capitaliser votre investissement et de collecter une somme confortable qui vous permettra de conserver un bon niveau de vie à long terme. 

Pour Catherine del Marmol, Private Banker chez Degroof Petercam, il est essentiel de comprendre que mettre en place un tel plan nécessite un certain degré de réflexion, d’anticipation et d’expertise. De manière générale, disposer de plus de temps implique, a priori, des dépenses revues à la hausse. Le mot clé ? La projection. Tout comme l’achat d’une maison, un mariage ou une naissance, la retraite est une étape de vie, un projet dont le bon déroulement s’orchestre petit à petit. 

Le « capital-pension », c’est quoi ?

Dynamique, équilibré ou défensif, il est indispensable d’établir avec le plus grand soin son profil d’investisseur. C’est le profil choisi qui déterminera toutes les grandes décisions stratégiques ultérieures. « Dès qu’on a un capital à placer, il y a des solutions. Chacun mérite une solution sur mesure et mérite qu’on prenne le temps de se pencher sur sa situation financière.» À l’âge de la retraite, pensez-vous avoir besoin d’un complément de 300, 500 ou 1.000 euros par mois pour vous assurer un quotidien confortable ? 

De manière générale, il est possible de générer une rente via la gestion active d’un portefeuille. Cette rente peut compléter mensuellement la pension légale en permettant malgré tout de prélever sur le capital en cas de grosses dépenses.

Au final, l'essentiel de la constitution d’un capital-pension tient dans la bonne compréhension de sa finalité.

Quel capital pour partir à la retraite ?

Selon les recommandations de la Senior Private Banker Catherine del Marmol, pour mesurer et déterminer l’objectif financier qui correspond à vos futurs besoins, la première étape consiste d’abord à anticiper vos dépenses variables et vos coûts fixes. « La gestion de votre pension est une question très personnelle. Quels projets ai-je envie de réaliser ? Comment vais-je occuper mon temps libre ? Chaque personne pensionnée déterminera un train de vie qui lui est propre. » 

Pour notre experte, il s’agit surtout de « trouver un revenu de remplacement au revenu professionnel, pour compléter la pension légale qui ne suffit pas à couvrir l’ensemble de vos futures dépenses. »

Oser placer pour contrer l’inflation 

L’impact de l’inflation sur votre capital est bel est bien réel. Si vous vous dites qu’économiser 50.000 euros c’est bénéficier de 50.000 euros au moment voulu sans rien perdre, vous faites erreur. De fait, lorsqu’il s’agit de l’inflation, celui qui ne place pas, à capital égal, perd en pouvoir d’achat. Il faut évidemment garder à l’esprit qu’un placement, s’il peut engendrer un revenu potentiellement élevé, comporte aussi, par nature, des risques.

Concrètement, ça donne quoi ?  Face à une inflation de 2 ou 2,5 %, l’impact sur le patrimoine est tel que le montant de 50.000 euros aujourd’hui équivaudra en pouvoir d’achat à 35.000 euros ou 31.250 euros dans 15 ans, soit une dépréciation de 30 % ou 37,5 %. 

Actuellement, l’inflation est particulièrement importante puisqu’elle a dépassé 8 % en Belgique. Pour contrer l’inflation, il est essentiel de mettre en place une gestion du capital-pension qui correspond à votre profil de risque, tenant compte de vos besoins de liquidités et de votre horizon de placement.

Vous l’avez bien compris, le bien-être économique est un enjeu de taille pour tous, et cela peu importe la tranche d’âge. Alors, investir ou ne pas investir dans sa retraite ? Poser la question, c’est y répondre. 

Article précédent
Article suivant