investissement
Finance

Accompagner la transition plutôt qu’une révolution

16.12.2021
par Fokus Online

« Durabilité », « investissement ESG », « investissement à impact », peu de sujets ont autant le vent en poupe que ceux-ci dans le monde financier actuel. Comment les sociétés de gestion assimilent-elles ces concepts ? Comment peuvent-elles les appliquer ? 

Monde plus vert

Les investisseurs professionnels sont-ils soudainement devenus de bons samaritains ? Le nombre de fonds se présentant aujourd’hui comme « durables », « avec une conscience éthique » ou « socialement responsables » se multiplie. Ce n’est pas surprenant pour Stacey Notteboom, Sales Director en Belgique pour M&G Investments : « Cela démontre évidemment une tendance générale. Tout le monde convient que nous devons évoluer vers un monde plus vert, pour faire face aux défis climatiques et environnementaux et transmettre un monde meilleur à la prochaine génération. Et cela vaut aussi pour les grands enjeux de société. Non seulement le grand public en est convaincu, mais les responsables politiques réfléchissent aussi de façon “plus verte”. Pensez au plan de relance de Biden ou au Green Deal de la Commission européenne. Le secteur financier a un rôle clé à jouer : en canalisant l’investissement et les capitaux vers les domaines où ils sont les plus nécessaires, et en soutenant les entreprises qui proposent des solutions aux défis auxquels notre société est confrontée. » 

Politique d’investissement

Quand il s’agit de politique d’investissement, Stacey Notteboom convient qu’il faut savoir rester réaliste : une transition bien accompagnée vaut mieux qu’une révolution irréaliste. « Arrêter du jour au lendemain d’investir dans les combustibles fossiles serait idéal, mais c’est tout simplement impossible à ce stade. Le monde d’aujourd’hui ne peut pas se passer de pétrole ou de gaz du jour au lendemain. D’autant que la consommation d’énergie risque d’augmenter dans les années à venir, ne serait-ce qu’en raison de la consommation énergétique croissante dans les pays en développement et de l’émergence de data centers partout dans le monde. Passer complètement à l’énergie verte demande du temps. L’investissement à impact permet notamment de soutenir les entreprises qui veulent vraiment passer à l’énergie verte en dirigeant les capitaux vers celles qui offrent une solution immédiate à ces enjeux. »   

Des sommes considérables devront être investies pour atteindre notre objectif de durabilité, créant des opportunités d’investissement tout aussi considérables.

Ørsted

Stacey Notteboom donne un exemple. « Dong Energy, une entreprise danoise, produisait de l’électricité à partir de sources d’énergie polluantes. Il y a quelques années, elle a changé de cap et de nom (en Ørsted). Elle est aujourd’hui l’une des plus grandes sociétés exploitantes de parcs éoliens offshore au monde. Il ne reste qu’une petite partie de ses activités encore polluantes. Vous vous demandez peut-être si c’est une bonne idée d’investir dans cette entreprise ? Nous, nous en sommes convaincus. Parce qu’Ørsted prend sa transition au sérieux et devrait être prochainement en mesure de produire 100 % d’énergie verte. »

Le concept de l’investissement durable est trop souvent limité à l’environnement, selon Stacey Notteboom. « Dans les investissements ESG (environment, social, governance), le G de “Gouvernance” est tout aussi important que le E de “Environnement” et le S de “Social”. Notre environnement survivra ou disparaîtra, en fonction de la politique que nous mènerons. Vous pouvez aussi bien investir de manière durable dans des pylônes ou des data centers que dans des infrastructures sociales telles que des hôpitaux ou des chambres d’étudiants. » 

Favorables aux objectifs ESG

De nombreux investisseurs sont évidemment favorables aux objectifs ESG, mais ils s’attendent naturellement à ce que leurs investissements paient. Ces investissements « durables » peuvent-ils offrir une réponse appropriée ? « De nombreuses études et recherches en cours confirment que les projets d’investissement durable sont au moins aussi performants en termes de rendement que les stratégies d’investissement “classiques”, voire plus », déclare Stacey Notteboom. « Les acteurs du marché se plaignent encore souvent que ce genre d’opportunités d’investissement vertes “reste assez cher”. Cela dépend du point de vue que l’on adopte. »

« La transformation ne fait que commencer et nous investissons avec une vision à long terme. Des sommes considérables devront être investies pour atteindre notre objectif de durabilité, créant des opportunités d’investissement tout aussi considérables. Pensez à ce que nous avons déjà fait en Belgique pour parvenir à une énergie propre sans centrales nucléaires. Ou prenez le nombre de bornes de recharge pour véhicules électriques : tout cela n’est rien, comparé à ce dont nous aurons besoin à terme. » 

Article précédent
Article suivant